• Julian, 28, Movieaholic (Summer Issue)

    Bon, j'ai passé plus de temps à faire du bricolage en Juillet, et j'ai du coup vu peu de film, qu'importe puisque peu de films m'attiraient cet été pour dire vrai, allons quand même voir ce que ça a donné.

     

    JULY ISSUE

    Né quelque part (Mohamed Hamidi)

    Bon film, mais je ne saurais en parler, car je l'ai vu il y'a près de deux mois, et je n'ai rien noté.

     

    Les Reines du ring (Jean-Marc Rudnicki)

    La bande-annonce montrait Audrey Fleurot en train de simuler un orgasme, donc forcément fallait que j'aille voir ce que ça donne.

    J'y connais pas grand chose au catch, mais cela n'est pas nécessaire à la compréhension du film qui me rappelle par certain aspect la comédie social britannique, avec de l'humour bien plus français quand même. Les comédiennes tiennent bien leur rôles, par contre le personnage d'André Dussolier est quelque peu exagéré. De plus le film tombe de temps en temps dans le cliché qui pourrait être traité autrement.

     

    World War Z (Marc Forster)

    Le traitement de l'histoire est intéressant puisque traité à l'échelle mondiale; USA, Corée, Israël, où on découvre un soldat jouée par Daniella Kertesz qui donne un peu plus de sens à l'histoire, Brad Pitt étant parfois caricatural, l'apogée étant atteint dans la fameuse "Pepsi Scene" dans les locaux du W.H.O à Cardiff (ce qui m'avait fait rire, et j'ai compris que j'étais pas le seul quand Peter Capaldi a été annoncé comme Douzième Docteur).

    J'avoue que je me souviens plus de certaines scènes parce que boire un litre de cola avant d'aller dans la salle sans passer par les toiletttes c'est très con.

    Et la 3D m'a fait mal au yeux pendant 4/5 heures après la fin du film.

     

    AUGUST ISSUE

    Paris à tout prix (Reem Kherici)

    Je suis allé voir le film exactement un mois jour pour jour après "Né quelque part" et si les deux sujets sont similaires le traitement est clairement différent. "Paris à tout prix" se positionne dès le départ comme une pure comédie, et par certains endroits se rapproche plus de "The Devil wears Prada". La question de l’identité est bien traité car elle ne cannibalise pas le film qui s'attache aux relations familiales. Certains gags peuvent paraître un peu lourd, notamment la blague du "on n'a plus de toilettes", mais passe quand même. De plus l'empathie avec le personnage interprété par Reem fini par s'installer, alors que franchement c'est pas gagner vu d'où elle part.

     

    The Wolverine (James Mangold)

    Je vais le réaffirmer ici; X-Men Origins: Wolverine est le film qui m'a réconcilié avec la saga X-Men (bon avant j'avais juste vu X2 qui m'avait déçu). Et depuis je n'ai vu que First Class et X-Men, or ce film ce situe entre Last Stand et Days of Future Past, donc il me manquait certains élément pour mieux comprendre l'état d'esprit de Logan. Je ne suis pas sur qu'il faille le considérer comme un film de superhéros, du moins durant sa première partie, il ressemble plus à un chambara ou un film de yakuzas avec cles intrigues que cela implique, ce qui tombe bien puisqu'il se passe au Japon.

     

    R.I.P.D (Robert Schwentke)

    Beaucoup de monde compare ce film avec Men In Black, je pense qu'il se trouve au croisement entre Men In Black et Dead Like Me la série de Bryan Fuller. Le film s'assume pleinement comme divertissement et nous fait passer un bon moment. Certaines scènes sont même très bien filmés, notamment la mort de Ryan Reynolds. En revanche les rebondissements et autres se voient arriver au moins 20 minutes à l'avance. Kevin Bacon est encore une fois excellent, et Mary-Louise Parker est drôle et sexy, mais qui en doutait?

     

    Pacific Rim (Guillermo Del Toro)

    J'ai l'impression que ce film essaie de se donner une certaine conscience morale, mais cela ne marche pas vraiment, et tombe vite dans un ramassis des poncifs du genre. Visuellement sympathique, mais la 3D n'apporte rien.

    Le personnage joué par Charlie Day est le seul point intéressant du film.

    Et du coup ça m'a donné envie de voir une adaptation en live-drama de UFO Robo Grandizer.

     

    Elysium (Neill Blomkamp)

    Je n'ai pas vu District 9, peu importe les raisons ca serait long à expliquer, pourtant il m'interressait. La plupart des gens qui en disent du mal le font en comparaison de ce dernier, alors que pour moi c'est tout neuf. L'histoire est bien amené, mais l'alégorie est un peu grossière, on reconnaitra par contre en Matt Damon ce qui pour moi fait un vrai héros; du refus de la quête à l'apothéose. La fin est vite expédié, mais prolonger l'histoire aurait pu faire perdre de l'impact au film.

    Et puis le méchant il vole en Bugatti, Elsass powa.

     

    The Purge (James DeMonaco)

    L'idée de base est intéressante, le traitement un peu moins. Une bonne angoisse tout de même pendant le film. Ce dernier essaie d'ailleurs d'explorer de nombreuses pistes, mais sans s'y attarder vraiment d'où une certaine déception et un frein pour se mettre vraiment dans le film.

     

    Lone Ranger (Gore Verbinski)

    Je dirais un peu près la même chose que pour R.I.P.D même si là, la relation entre les natifs américains et les colons donne plus de substance au film. Johnny Depp certes exagère quelque peu, mais parce que l'histoire s'y prête. Le rythme est mal assuré durant la première demi-heure, mais après trouve le bon tempo, et certaines scènes sont vraiment excellentes.

     

    Kick-Ass 2 (Jeff Wadlow)

    Le premier film m'avait mis une claque, en particulier grâce au personnage de Hit-Girl interprèté par Chloë Grace Moretz, qui est particulièrement développée dans cet épisode. Par contre il tombe parfois dans une certaine lourdeur qui n'apporte pas grand chose. Le climax final est excellent et beau à voir.

    Et Talila Craig, qui double Moretz dans certaine scènes de combat mérite une bonne part de reconnaissance.

     

    RED 2 (Dean Parisot)

    R.I.P.D m'a donné envie de voir RED qui m'a fait passé un très bon moment. Ce deuxième opus n'a pas la même saveur, je ne sais pas si c'est du au changement de réalisateur, ou simplement que le concept n'est plus une surprise. Il reste quand même un bon divertissement, bien filmé et même si j'ai été obligé de le voir en VF, Anthony Hopkins reste impressionnant.

     

    Jeune & Jolie (François Ozon)

    J'ai hésité à aller voir ce film, car je ne savais pas quoi penser de François Ozon. Pour dire vrai je n'avais vu que 8 femmes, et encore rien que le début, et Swimming Pool, qui malgré sa beauté, et celle de Ludivine Sagnier, restait un peu ennuyant, et je n'y comprennais pas tout.

    J'ai du coup pas mal de chose à dire, car il s'y prête bien, j'y reviendrais donc prochainement, dans un article dédié. Cela dit on les principaux thèmes qu'il me semble important à développés; la facilité du scénario, de très beaux plans, l'importance du rôle du petit frere ainsi que la relation qu'il entretient avec sa sœur.

     

    Jobs (Joshua Michael Stern)

    Premièrement je dois dire que je ne fais pas parti des admirateurs de Steve Jobs, même si je comprends l'engouement qu'il a pu crée. Cependant je n'étais pas fan de Claude François -non, je ne le supporte absolument pas- et pourtant Cloclo a été un de film français préféré de 2012 (Cela dit quand on voit le film c'est peut-être normal tout compte fait).

    Dans ce biopic il y'a en fait un personnage qui se distingue plus des autres, c'est Steve "Wizard of Woz" Wozniak, un mélange de Leonard De Vinci et du Dude Lebowski, qui va pratiquemment inventé le pc parce qu'il s'ennuie, magnifiquement interprété par Josh Gad. Cela dit Dermot Mulroney livre également une excellente prestation.

    La structure narrative est classique mais fait des choix parfois étranges, comme s'arrêter sur des détails, et shunté tout un pan de l'histoire, particulièrement après le licenciement, sans explications

     

    Les films que j'attends le plus en Septembre: The Butler (Lee Daniels), Jimmy P: Psychotherapy of a Plains Indian (Arnaud Desplechin), Behind The Candelabra (Steven Soderbergh)

    « Top 5 doubleurs francaisMovieaholic: Jeune & Jolie - Analyse, Reflexion »
    Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :